03.04.2014 Est-ce vraiment un fait divers ? Est-ce le signal de la fin des collections licites d’objets anciens ?

Le FBI a saisi plusieurs milliers d’objets d’art d’une valeur inestimable dans la maison d’un homme de 91 ans, dans la campagne de l’Indiana. Les collectionneurs tremblent. Les directeurs de musées aussi.

Faudra-t-il retenir le nom de Donald Miller comme celui du dernier collectionneur du XXe siècle ? ou du premier délinquant du XXIe siècle par accumulation inappropriée d’objets anciens authentiques ?

Tout est Factice (Vue d’une épreuve ancienne de Robert Doisneau, dont la collection et la possession privée restent autorisées).

F.B.I. agents were removing thousands of artifacts on Thursday from a house in rural central Indiana, ranging from arrowheads to shrunken heads and Ming Dynasty jade. Donald Miller, 91, amassed the collection over at least several decades. People who had toured his Rush County home described it as a homemade museum with items including fossils, Civil War memorabilia and what the owner claimed to be a chunk of concrete from Adolf Hitler’s bunker. Agents of the F.B.I.’s art crime team would not say whether they believed Mr. Miller had knowingly broken laws. The F.B.I.’s aim is to catalog the artifacts and return them to their countries of origin. (NYT)

FBI

Shrunken heads, other artifacts found during FBI raid on Indiana home.

Investigators say the 91-year-old traveler may have knowingly or unknowingly improperly amassed a collection of « immeasurable » cultural significance. (CBS News)

The FBI raided the home of a 91-year-old artifact collector in Indiana on Wednesday who is suspected of violating treaties and federal laws while amassing his extensive collection over a lifetime, CBS News reports.

After an FBI investigation determined that Donald Miller may have knowingly or unknowingly improperly collected artifacts, archaeologists and other experts joined authorities to begin parsing through the collection—which includes Native American items, and objects from at least nine other countries including China, Russia, Italy and Greece—and identifying which artifacts, if any, must be repatriated.

Lire la suite

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

03.04.2013 Marquis de Sade, 120 jours et trente ans plus tard. Deux articles à 21 minutes de distance

Rouleau

Caché, disparu, volé, racheté, le manuscrit mythique de Sade revient en France

VINCENT NOCE 3 AVRIL 2014 À 00:20

A l’automne 1785, (pendant trente-sept jours, de sept à dix heures du soir) l’auteur met en forme ses brouillons, en un texte d’une écriture serrée et minuscule sur des feuillets de 11,5 cm de large, en partie recto et verso, collés bout à bout pour former un rouleau de 12,10 mètres de long. Il le dissimule entre les pierres de sa cellule.

Bastille 1789

Le 2 juillet 1789, Sade harangue de sa fenêtre la foule des sans-culottes réunie sur la place de la Bastille. Le gouverneur de la prison le fait transférer à l’hôpital psychiatrique de Charenton, sans ses affaires. Lorsque la prison est prise d’assaut et incendiée, l’écrivain croit son manuscrit perdu, ce dont il ne se remettra jamais. Ce qu’il ignore, c’est qu’il a été récupéré par un des assaillants, Arnoux de Saint-Maximin. Premier méfait d’une série qui se poursuivra jusqu’à nos jours.

En 1900, ses descendants vendirent le rouleau au psychiatre allemand Iwan Bloch, qui en fit éditer une première transcription sous le pseudonyme d’Eugen Dühren. En 1929, le vicomte Charles de Noailles et son épouse Marie-Laure rachètent le rouleau. Elle est une des descendantes de Sade. Le couple est ami et mécène des surréalistes, d’André Breton, de Georges Bataille et de Salvador Dali, qui célèbrent la violence subversive de son oeuvre. Les Noailles financeront le tournage de L’âge d’or de Salvador Bunuel, qui mettra en rage l’Eglise et les ligues fascistes. Ils confient l’analyse et la publication des 120 journées de Sodome à Maurice Heine, qui le proposera par souscription pour éviter la censure.

MANUSCRIT VOLÉ

En 1982, à l’Ermitage de la Pompadour où elle vit à Fontainebleau, leur fille, Nathalie de Noailles, commet l’imprudence de confier le précieux document dont elle a hérité à un éditeur qui cultive son amitié, Jean Grouet, qui prétend vouloir l’étudier. A sa demande, il lui ramène l’étui en cuir (qui n’est pas d’une forme phallique, comme le prétend la légende)… dont la famille découvrira qu’il a été vidé de son contenu. Lire la suite

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

20.03.2014 « La toile était levée et j’attendais encore »

L'ecran était levé

Le Musée d’Orsay achète une image photographique de Baudelaire

Un article de l’express annonce la décision du Musée d’Orsay

Un premier commentaire est publié sur son blog par André Gunthert, suggérant un « exemple précoce de photobombing »

Malgré tout le charme des analyses uchroniques, l’hypothèse d’une irruption accidentelle du poète dans le champ d’une camera ne résiste pas longtemps à l’analyse paisible.

En 1861, la pratique du collodion est ardue et nécessite la patience de tous les intervenants, ce qui a engendré tant de physionomies sévères sur les portraits du Second Empire.

Ensuite la silhouette surgissante est hors du champ de netteté dont la profondeur à l’époque ne dépasse pas de quelques dizaines de centimètres la tête du modèle assis.

Encore plus troublant, il n’aurait simplement pas pu surgir dans le portrait car ce portrait central de la séance est dans le cadre d’un autre appareil, à la gauche de notre perception, faisant face à la toile, au modèle assis et à son chapeau.

Une remarque essentielle est apparue sur le blog de culture visuelle :

reponse de francois chevret

C’est dans bien plus qu’une photographie accidentelle que le poète à fait irruption.

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

20.03.2014 Rencontre avec Raymonde Dien

Raymonde dien

Nous vous invitons demain jeudi 20 mars 2014 à 15 heures pour une rencontre avec Raymonde Dien, qui aboutira sur la publication d’un petite ouvrage consacré à sa célébre action dont il n’existe aucune photographie.

Raymonde Dien a été arrêtée en février 1950 pour s’être couchée il y a 64 ans, le 23 février 1950, sur une voie de chemin de fer, à Saint-Pierre-des-Corps pour ralentir la marche d’un train militaire dont le chargement était destiné à la guerre imminente en Indochine.

« Nous apprenons dans la matinée, qu’un train chargé de véhicules blindés est attendu en gare de Saint-Pierre-des-Corps à destination de l’Indochine. Il faut agir vite et exprimer la solidarité des tourangeaux avec la lutte des peuples colonisés et opprimés dans leur combat pour leur libération. La réaction est immédiate. Il faut faire quelque chose de spectaculaire, ce train ne doit pas passer.
La mobilisation est rapide, à pied et à vélo car on ne dispose pas de voitures ni de téléphones. Plusieurs centaines de personnes se rassemblent, elles luttent toutes pour la paix au Viêt Nam : cheminots, ouvriers des chantiers du bâtiment, ateliers de la métallurgie, des femmes, des jeunes, des hommes venus de partout, parcourant parfois 4 à 5 km à pied, ainsi que des salariés de l’entreprise de meubles la BDF.
Une manifestation prend forme en quelques heures, pour s’opposer à 13 h 30 au départ de ce convoi au lieu dit Les Epines Fortes à Saint-Pierre-des-Corps, là où se trouve le convoi de matériel en partance pour l’Indochine. Le train avance lentement gardé par des militaires… »

Lire la suite

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

18.03.2014 El telón estaba levantado (Message musical de Colombie)

El Telon

Conoces, como yo, el delicioso dolor
y de ti, dices :  » Oh hombre extraño ! »
– Yo iba a morir. Fue en mi alma amorosa
Deseo mezclado de horror, un mal particular

La ansiedad y la brillante esperanza, sin humor faccioso.
Más se vaciaba el fatal reloj de arena,
Más mi tortura era áspera y deliciosa ; (o Mas aspera y deliciosa era mi tortura)
Todo mi corazón se arrancaba del mundo conocido

Era como el niño (o el infante, más poético) ávido de espectáculo
Odiando el telón como se odia un obstáculo
Por fin, la fría (o cruel, dura) verdad se reveló

Morí sin sorpresa, y la terrible aurora
Me envolvía. — Cómo! no es más que eso?
El telón estaba levantado y yo seguía esperando

El Telon rojo

Pour accéder à la vidéo, cliquer ici ou sur l’une des captures d’images.

El Telon Video

 
 

 

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

06.03.2014 Parution du BTP-03 de mars 2014

tintin

BTP mars 2014

La télétransmission a rencontré mille difficultés et si vous n’avez pas reçu le lien, nous vous prions de nous en excusez. Voici un bouton, un formulaire pour vous inscrire et recevoir les prochains, « a sign-up form » :

Gammamailchimp

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

21.02.2014 Préparation du prochain numéro de Nicéphore, cahier de photographies

Consacré au poème Le Rêve d’un Curieux de Charles Baudelaire, il sera publié en français, des traductions anglaise et espagnole seront mises en ligne.

Il sera envoyé à tous les abonnés.

The Dream of a Curious Man

To F.N. (Felix Nadar)

Do you know as I do, delectable suffering?
And do you have them say of you: « O! the strange man! »
— I was going to die. In my soul, full of love,
A peculiar illness; desire mixed with horror,

Anguish and bright hopes; without internal strife.
The more the fatal hour-glass continued to flow,
The fiercer and more delightful grew my torture;
My heart was being torn from this familiar world.

I was like a child eager for the play,
Hating the curtain as one hates an obstacle…
Finally the cold truth revealed itself:

I had died and was not surprised; the awful dawn
Enveloped me. — What! is that all there is to it?
The curtain had risen and I was still waiting.

Translated by William Aggeler, The Flowers of Evil (Fresno, CA: Academy Library Guild, 1954)

Curieux

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

06.02.2014 Le BTP-02 Bulletin de la Librairie Plantureux n° 2

BTP-02 couv

BTP février 2014

Pour recevoir les prochains bulletins / Subscribe to our mailing list

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

27.01.2014 Vente d’un daguerréotype de Cyrus Macaire à Rennes lundi 27 janvier

DaguerréotypeduhavreMacaire

Louis-Cyrus Macaire (1807-1871) et Jean-Victor Warnod (1812-1892)
Navire quittant le port du Havre
c. 1851-1853
Daguerréotype 1/2 plaque (à vue 147×106 mm), dans son cadre en bois noirci d’origine, verre noir peint, papier bleu d’origine.
Image probablement non redressée comme pour la plaque de la BNF, afin de favoriser la vitesse et netteté de la prise de vue.
Jean Victor Macaire a changé de nom pour porter celui de son épouse, Louis Warnod, en 1847.

Exceptionnel daguerréotype en parfait état d’origine, jamais ouvert. La provenance est explicitée dans les deux articles de Ouest-france reproduits ci-dessous. Maître Carole Jezequel l’a adjugé 87.000 euros.

Un seul daguerrotype repertorié à ce jour, il est à la Bibliothèque Nationale Cf BNF Res Eg6-170. Il a été exposé au Musée d’Orsay, Le daguerréotype francais. Un objet photographique (2003) page 271 (reproduction et notice) puis au Metropolitan Museum, « The Dawn of Photography: French Daguerreotypes, 1839-1855″ (2004) Louis-Cyrus Macaire and Jean-Victor Macaire-Warnod, known as « les frères Macaire » (French, 1807-1871; French, 1812-after 1886), Ship Leaving the Port of Le Havre, 1851.

Les photographes se sont installés en haut de l’ancienne tour François Ier, on aperçoit le public sur la Jetée Nord (CF fin de cet article).

Coordonnées de la maison d’enchères : ÉTUDE RENNES ENCHÈRES

Ces daguerréotypes aujourd’hui bien rares furent remarqués et célébrés par le public du début du Second Empire. Voici un extrait de l’article célèbre de Francis Wey (1853)

Comment le soleil est devenu peintre – Histoire du daguerréotype et de la photographie
(Le Musée des familles, 20 juillet 1853, p. 289-300).

Il semblait, après tant de prodiges, que la voie perfectible était parcourue jusqu’à ses limites, lorsque l’on apprit, il y a dix-huit mois, que des héliographes, établis au Havre, obtenaient des dessins de marine, et saisissaient au vol les vagues de l’océan. — La chose est impossible, disait-on ; mais les savants n’eurent pas le loisir de le démontrer ; on adressa des preuves palpables à l’Institut.
Par l’effet de la rapidité avec laquelle ils opèrent, MM. Macaire et Warnod sont parvenus à saisir, dans le mouvement même, un fugitif instant d’immobilité relative …
Lire la suite

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

20.01.2014 Les Studios Robespierre ont accueilli le violoncelliste Charles Curtis pour un concert unique lundi 20 janvier

concert curtis 03

Nous avons le plaisir de vous annoncer la venue exceptionnelle du violoncelliste Charles Curtis qui fut accueilli pour un concert organisé par le label SHIIIN le lundi 20 janvier 2014 à 19h00  dans les Studios Robespierre.

Les pièces jouées :

Eliane Radigue : occam 5
Guillaume de Machaut : songs
Christian Wolff : one cellist
Silvestro di Ganassi : ricercars
Morton Feldman : intersection 1
Alison Knowles : rice and beans

Video du concert : Studios Robespierre / Concert Charles Curtis

mail: info@shiiin.com

le nom du label Shiiin signifie « éloge du silence » en japonais et sur son site l’on trouvera une biographie de Charles Curtis :  www.shiiin.com

Violon

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

10.01.2014 Le Phénomène futur. Prose de circonstances

cielpale

« Un ciel pâle, sur le monde qui finit de décrépitude, va peut-être partir avec les nuages : les lambeaux de la pourpre usée des couchants déteignent dans une rivière dormant à l’horizon submergé de rayons et d’eau.

Les arbres s’ennuient et, sous leur feuillage blanchi (de la poussière du temps plutôt que celle des chemins), monte la maison en toile du Montreur de choses Passées : maint réverbère attend le crépuscule et ravive les visages d’une malheureuse foule, vaincue par la maladie immortelle et le péché des siècles, d’hommes près de leurs chétives complices enceintes des fruits misérables avec lesquels périra la nation. 

Dans le silence inquiet de tous les yeux suppliant là-bas le soleil qui, sous l’eau, s’enfonce avec le désespoir d’un cri, voici le simple boniment : « Nulle enseigne ne vous régale du spectacle intérieur, car il n’est pas maintenant un politique capable d’en donner une ombre triste. J’apporte, vivante (et préservée à travers les ans par la science souveraine) une muse d’autrefois. Quelque folie, originelle et naïve, une extase d’or, je ne sais quoi !  par elle nommé sa chevelure, se ploie avec la grâce des étoffes autour d’un visage qu’éclaire la nudité sanglante de ses lèvres. A la place du vêtement vain, elle a un corps; et les yeux, semblables aux pierres rares, ne valent pas ce regard qui sort de sa chair heureuse: des seins levés comme s’ils étaient pleins d’un lait éternel, la pointe vers le ciel, aux jambes lisses qui gardent le sel de la mer première. »

Se rappelant leurs pauvres épouses, chauves, morbides et pleines d’horreur, les maris se pressent: elles aussi par curiosité, mélancoliques, veulent voir.

Quand tous auront contemplé la noble créature, vestige de quelque époque déjà maudite, les uns indifférents, car ils n’auront pas eu la force de comprendre, mais d’autres navrés et la paupière humide de larmes résignées se regarderont ; tandis que les poëtes de ces temps, sentant se rallumer leurs yeux éteints, s’achemineront vers leur lampe, le cerveau ivre un instant d’une gloire confuse, hantés du Rythme et dans l’oubli d’exister à une époque qui survit à la beauté. »

( Stéphane Mallarmé, Le Phénomène futur, 1864)

Cielch&rgé

 

 

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

07.01.0002 Deux Alphonse(s) de Launay

Nous remercions les lecteurs qui ont insisté pour rétablir les diverses activités à chacun des deux contemporains portant le même nom.

C’est  le vicomte Alphonse-Henri Henryet de Launay (1822-1891), ami de Charles Bataille,  auteur de nombreuses pièces de théâtre, le « Capitaine de Launay » comme le moque Maxime Rude dans les « Confidences d’un journaliste », qui est le directeur de la revue Le Boulevard du 1er décembre 1861 à juin 1863, locaux communs avec l’atelier d’Étienne Carjat, 56 rue Laffitte. Cette revue de Carjat est le principal moyen de publication de Charles Baudelaire, poèmes, poèmes en prose, articles de critique.

 

Le photographe Alphonse de Launay, parfois orthographié Delaunay, de cinq ans son cadet est né le 15 octobre 1827 à Rouen, décédé en 1906. Son père, Pierre Alphonse de Launay, était courtier maritime, décédé en 1842 et sa mère, Zélie Esther Pothée, était décédée en 1830 quand il n’a pas trois ans.

01.2 Lapin Alphonse de Launay

Avocat de formation, il se consacre jeune aux arts et aux voyages, le premier en Espagne en 1851.

Lire la suite

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

07.01.2014 Alphonse de Launay (1827-1906) Souvenirs d’été, album d’études au collodion Artonne, Puy de Dôme, été 1864

Une histoire pour chaque jour

Bel album de chagrin rouge, 337×266 mm, 31 épreuves albuminées d’après
négatifs verre au collodion, principalement de deux formats : 180×140
mm et 220×160 mm, une au format portrait-carte.
Plusieurs de ses contemporains portent le même nom que l’on peut écrire
Delaunay ou de Launay. Et ce n’est que récemment que l’on commence à
reconstituer les travaux photographiques de cet élève génial de Le Gray.
Membre exposant de la SFP, auteur de nombreux chefs-d’oeuvre aussi bien
avec les procédés du calotype qu’au collodion, il est l’un des premiers à
photographier la vie quotidienne, les belles journées d’été, les humbles, les
enfants, les voisins en visite.
Référence : notice du catalogue de l’exposition Primitifs de la photographie.
Le calotype en France, BNF, 2010. La BNF conserve plusieurs albums de
cet artiste.

 

070114delaunay

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

02.01.2014 BTP-01 Bulletin de la Librairie Plantureux n° 1

BTP 01 couv

Cliquer sur l’image pour télécharger le bulletin en pdf au format A4, remplissez ce formulaire réduit à sa plus simple expression pour recevoir les prochains :

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

16.12.0001 Un article du New Yorker précise les limites et les dangers de méprise des résultats d’analyses au carbone 14, rayons-X et autres technologies coûteuses.

The New Yorker. Sidereus Nuncius 1213

Dans un remarquable article A Very Rare Book, le journaliste d’investigation Nicholas Schmidle décrit une ténébreuse affaire de livres d’aspect anciens, imprimés sur des papiers anciens à l’aide de clichés photopolymères, et enrichis de signatures et de dessins oxydés et patinés dans une vapeur acide bien dosée dans un four de cuisinière.

Mais l’un des aspect les plus passionnants de l’enquête concernent les arguments d’autorité employés par des experts équipés d’outils technologiques aux noms impressionnants et qui finissent par ressembler aux médecins de Molière se penchant sur le bon sens et la jugeote qui ne sont malades que dans l’imagination des dupes.

Bref, un article décisif pour appréhender l’utilité de l’enseignement de la bibliographie matérielle et de l’importance de faciliter l’accès physique aux documents originaux, livres, dessins, photographies.

Fluorescence

Exhilarating Exercise

 

Site du magazine The New Yorker :

http://www.newyorker.com/reporting/2013/12/16/131216fa_fact_schmidle

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS