25.03.2015. La Chambre perdue ou l’esprit de l’escalier

Chambre perdue

« A bien des égards la tache du critique est aisée. Nous ne risquons pas grand chose, et pourtant nous jouissons d’une position de supériorité par rapport a ceux qui se soumettent avec leur travail à notre jugement. Nous nous épanouissons dans la critique négative, plaisante à écrire et à lire. Mais la mère vérité qu’il faut bien regarder en face c’est que, dans le grand ordre des choses, le met le plus médiocre a sans doute plus de valeur que notre critique qui le dénonce comme tel. Il est pourtant des circonstances où le critique prend un vrai risque. C’est lorsqu’il découvre et défend l’innovation. Le monde est souvent malveillant à l’encontre des nouveaux talents et de la création. Le nouveau a besoin d’amis. » – Ego, Ratatouille.

Esprit de l'escalier

« Tout le monde peut cuisiner » (Augustin Gusteau)

« Tout le monde ne peut pas devenir un grand artiste mais un grand artiste peut surgir n’importe ou ».

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

19.03.2015 Der Löwenmensch, the Lion Man : it is “not necessary to have a brain with a complex pre-frontal cortex to form the mental image of a human or a lion—but it is to make the figure of a lion-man”

Lion Man 3

40,000 years old: Lion Man sculpture. Photo: Thomas Stephan, © Ulmer Museum

« New pieces of Ulm’s Lion Man sculpture have been discovered and it has been found to be much older than originally thought, at around 37,000 years. This makes it the world’s earliest figurative sculpture…

The story of the discovery of the Lion Man goes back to August 1939, when fragments of mammoth ivory were excavated at the back of the Stadel Cave in the Swabian Alps, south-west Germany. This was a few days before the outbreak of the Second World War. When it was eventually reassembled in 1970, it was regarded as a standing bear or big cat, but with human characteristics.

The ivory from which the figure had been carved had broken into myriad fragments. When first reconstructed, around 200 pieces were incorporated into the 29cm-tall sculpture, with about 30% of its volume missing.

Further fragments were later found among the previously excavated material and these were added to the figure in 1989. At this point, the sculpture was recognised as representing a lion…

An imaginative sculptor : Even more exciting than the discovery of new pieces, the sculpture’s age has been refined using radio-carbon dating of other bones found in the strata. This reveals a date of about 37,000 years ago, while until recently it was thought to be 32,000 years old…

This revised dating pushes the Lion Man right back to the oldest sculptures, which have been found in two other caves in the Swabian Alps. These rare finds are dated at 35,000 to 40,000 years, but the Lion Man is by far the largest and most complex piece.

Lire la suite

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

15.03.2015 L’affaire Dreyfus et la photographie devant les juges : 19 photomontages dans le Siècle du 11 janvier 1899

Mensonges de la photographie

Yves Guyot (1843-1928)
Les Mensonges de la photographie
Le Siècle, 11 janvier 1899

Journal in-folio de quatre pages illustrées de 19 photomontages :

Le Siecle Drumont

« Vous souvient-il qu’un de nos confrères, bien connu pour la sureté de ses informations et la correction professionnel de son directeur, le Jour, puisqu’il faut l’appeler par son titre lança… une nouvelle qui avait la prétention d’être sensationnelle ? Un photographe, lancé par l’État-major prévoyant sur les traces du colonel Picquart, avait surpris ce dernier causant à Karlsruhe avec M. de Schwarzkoppen. — La photographie existe, disait le jour, et nous la reproduiront… Le Jour ne produisit rien du tout, pour la bonne raison que cette révélation n’eut aucun succès.

Le photographe de l’état-major n’insista pas non plus iet fit le mort quand il apprit que le colonel Picquart n’avait pas quitté Paris et qu’il déposait une plainte contre les faussaires. Devant le juge d’instruction, le Jour invoqua le secret professionnel. Puis d’autres scandales survinrent qui firent oublier celui-là. À notre tour, nous invoquons le secret professionnel. Le parquet qui l’admit pour le Jour, l’admettra vraisemblablement pour le Siècle.

Lire la suite

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

13.03.2015 L’Exposition de photographies de papier, Londres, décembre 1852

Un nouvel article en ligne qui ouvre sur de nombreuses perspectives :

Exhibition of Recent Specimens of Photography (From Wikipedia, the free encyclopedia)

The Exhibition of Recent Specimens of Photography was an 1852 exhibition organised by the Society of Arts.

It was held at the House of the Society of Arts in London from 22 December 1852 until 29 January 1853 and featured the work of 76 photographers, for many of whom this was their first public exhibition. It led directly to the creation of the Photographic Society.

The exhibition was proposed by Joseph Cundall and agreed upon by the Society of Arts on 17 November 1852. Organised mainly by Cundall and Philip Henry Delamotte, it opened on 22 December 1852 at the House of the Society of Arts in London. Roger Fenton gave at the night of the opening a lecture titled « On the Present Position and Future of the Art of Photography », which was also included in the catalogue. Some 400 photographs were initially on display. Originally intended to only stay open for a week, it was extended until 29 January 1853 due to the greater than expected success, including visits from well-known painters like Dante Gabriel Rossetti. This also lead to the addition of 400 further photographs and a reprint of the catalogue. In total, 76 photographers had their work shown at the exhibition, many of them British but with a large representation of Continental, mainly French artists as well.

Lire la suite

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

07.03.2015 Samedi 7 mars à partir de 19h : Bal « Nicéphore » aux Studios Robespierre

Vous êtes invités à un bal pour l’anniversaire du grand ancêtre

Bal du citron

Samedi 07 mars, à partir de 19 heures, bal Nicéphore

aux Studios Robespierre, 71 rue Robespierre

On est prié d’apporter un citron, ou un fruit à partager

Les célibataires sont acceptés

Saturday March 7th, at 7 pm, at 71 rue Robespierre

Please bring a lemon of your choice

No dressing code for Nicephore’s party

Bal du citron 2

 

Remarque : Niépce était plus jeune que Robespierre, et de deux ans son cadet.

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

07.01.2015 Il y a 76 ans, le 07 janvier 1939, Paul Valery célèbre le centenaire de l’annonce de l’invention de la Photographie, « une nouvelle inquiétude »

Capture d’écran 2014-12-31 à 10.50.40

« Invitée à paraître dans cette solennité, qui fut instituée pour célébrer une invention toute nationale, et l’une des plus admirables qui aient été produites au cours du XIXe siècle, l’Académie française ne pouvait manquer d’y faire entendre son hommage aux grands Français qui ont eu l’idée de la Photographie, et qui ont su les premiers fixer la ressemblance des choses visibles par l’action de la lumière qui émane d’elles.

Ces « autres créations modernes du génie humain » renvoient en premier lieu aux techniques d’impres (…)
2Les Lettres, cependant, au culte desquelles notre Compagnie est particulièrement vouée, ne semblent point, au premier regard, offrir des rapports très évidents avec cette belle invention, ni avoir été par celle-ci plus grandement modifiées dans leur esprit et dans leurs pratiques qu’elles ne l’ont été par tant d’autres créations modernes du génie humain.

Lire la suite

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Dans la presse il y a cinquante ans : Jean Adhémar et André Jammes, État des questions sur l’histoire de la photographie (JEAN ADHÉMAR & ANDRÉ JAMMES)

État des questions sur l’histoire de la photographie
Jean Adhémar et André Jammes (Bulletin des bibliothèques de France, 1962)

I. CE QUI EXISTE.

Les Français disposent du livre classique de Raymond Lécuyer, Histoire de la photographie, éd. de l’Illustration, 1945. Il date un peu, mais l’essentiel reste bon, et les 1 200 illustrations, tirées de collections alors privées (Gilles, Barthélemy, Cromer, Sirot) sont très utiles. Ce livre ne dispense pas de consulter ceux de Georges Potonnié (Histoire de la découverte de la photographie, 1925, 99 ill., trad. angl. 1936 sans les illustrations; Cent ans de photographie, 1940). Le livre du Dr Joseph Maria Eder (Geschichte der Photographie, Halle, 1932, 2 vol., 372 ill., traduction anglaise, New York, 1945, sans illustrations) rend de précieux services pour l’histoire de la technique photographique, mais il est entaché d’une certaine partialité.

Actuellement deux ouvrages généraux sont indispensables, celui de Beaumont Newhall (The History of photography from 1939 to the present day, éd. du Musée d’Art moderne de New York, 1949, 163 ill.) et celui d’Helmut Gernsheim (The History of photography from the earliest use of the camera obscura in the eleventh century up to 1914, Londres, 1955, 359 ill.). Ces deux savants ont renouvelé la question, ce que n’a pas fait Peter Pollack dans sa Picture history of photography, New York, 1958 (plus de 600 ill., trad. française en 196I, incomplète, voir G. A. B., mai 196I).

Lire la suite

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

24.12.2014 Le gouvernement français a choisi la veille de Noël 2014 pour publier le décret orwellien d’application de l’article 20 de la loi de programmation militaire

Entrant en vigueur au 1er janvier 2015, il autorise l’accès à toutes les correspondances privées pour toutes les administrations, de l’Intérieur à Bercy, en passant par la Défense. L’objectif ? Que celles-ci puissent avoir accès aux « informations » numérisées stockées chez les hébergeurs ou transmises au travers des câbles des opérateurs télécoms.

« … savamment entretenu depuis quelques semaines, le spectre terroriste permet au gouvernement de faire passer des mesures très floues et de tirer pleinement parti des systèmes d’information de plus en plus performants afin de surveiller la population. Ce système de surveillance instauré par le gouvernement valls de la population est une arme qui pourrait se révèler extrement dangereuse pour les libertés et pour la démocratie… »

Analyse du scrutin n° 737. Deuxième séance du 03/12/2013
Scrutin public sur le projet de loi relatif à la programmation militaire pour les années 2014 à 2019 et portant diverses dispositions concernant la défense et la sécurité nationale.
Pour l’adoption : 292      Contre : 251           Abstention : 7

Votes des groupes :

Groupe socialiste, républicain et citoyen
Pour: 277   Non-votants: 2

Groupe de l’union pour un mouvement populaire
Contre: 188      Abstention: 2

Groupe de l’union des démocrates et indépendants
Contre: 27      Abstention: 3

Groupe écologiste
Contre: 16

Groupe radical, républicain, démocrate et progressiste
Pour: 14      Abstention: 2

Groupe de la gauche démocrate et républicaine
Contre: 15

Non inscrits
Pour: 1       Contre: 5

L’Assemblée nationale a adopté.

Le détail du vote député par député

Eric Arthur Blair (25 June 1903 – 21 January 1950), who used the pen name George Orwell, was an English novelist, essayist, journalist and critic. His work is marked by lucid prose, awareness of social injustice, opposition to totalitarianism, and commitment to democratic socialism. Orwell’s work continues to influence popular and political culture, and the term Orwellian — descriptive of totalitarian or authoritarian social practices — has entered the language together with several of his neologisms, including cold war, Big Brother, Thought Police, Room 101, doublethink, and thoughtcrime.

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

02.02.2015 Il y a cent-deux ans : la première assemblée générale de la Société anthroposophique a eu lieu les 2 et 3 février 1913

Goethaneum

Rudolf Steiner (1861-1925)
Maquette du Goethaneum
Dornach, 1913

Autochrome de grand format, 180×240 mm, verre de protection fendu dans un angle.

Projet de décor abandonné mais à l’avant-garde des courants artistiques précédant le Première Guerre mondiale par le fondateur des écoles Steiner Waldorf.

“La première assemblée générale de la Société anthroposophique a lieu les 2 et 3 février 1913. Steiner n’exerce aucune fonction administrative, seulement celle d’enseignant et de guide spirituel. La Société anthroposophique est néanmoins exclue officiellement de la Société théosophique le 7 mars 1913. En mai, Steiner voyage à Paris et visite Chartres avec Schuré et Marie von Sivers. Le 20 septembre, il pose la première pierre du futur Goethéanum, à Dornach”.

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

11.12.2014 Une vente de photographies qui fera date : 175 Years of Photography, Sotheby’s New York

Le catalogue de 376 pages rédigé sous la direction de Denise Bethel sera également la seule publication qui restera du patient travail de sélection realisé pendant trente ans par Lee Marks pour Howard Stein. image image

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

04.12.2014 Vernissage au 156 Bd Haussmann : Demain les Albanais

Capture d’écran 2014-12-03 à 16.17.05

Vous êtes conviés pour le double vernissage du jeudi 04 décembre à venir découvrir à partir de 17 heures les œuvres de deux peintres contemporains albanais : Edi Rama et Bujar Luca

Edi Rama.  Papiers de bureau :

Edi Rama

(Pages détachées de l’agenda d’un Premier ministre)

Edi Rama 21

Edi Rama a été professeur à l’Académie des Beaux Arts de Tirana, basketteur de l’équipe nationale albanaise, ministre de la Culture d’Albanie, Maire de Tirana. Il a participé à plusieurs expositions dans le monde et il est aussi auteur de livres et de monographies d’art. Il a vécu à Paris de 1994 à 1997. Depuis septembre 2013, il est Premier ministre d’Albanie.

 

Bujar Luca : Frontières, Blackbox et Couronnes d’épines

 

Bujar Luca

  Lire la suite

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

02.12.14 Faussaire de Lune ou le livre le plus cher du monde était un leurre, agréable conférence de la BNF

IMG_9588

Faussaire de lune, par Nick Wilding, professeur associé, Georgia State University invité par Antoine Coron.

« De nombreux livres contrefaits imitant parfaitement des ouvrages du XVIIe siècle ont fait leur apparition sur le marché de l’édition. Comment ont-ils été fabriqués, comment peut-on les reconnaître ? »

Au cours de cette conférence, Nick Wilding se pencha plus particulièrement sur des épreuves illustrées d’un ouvrage supposé de Galilée : le Sidereus Nuncius (Venise 1610).

Et il a analysé les techniques utilisées pour identifier ces contrefaçons et celles qui pour le moment ont échoué à les détecter.

IMG_9597

Juin 2005 Marino Massimo de Caro et Filippo Rotundo présentent à Richard Lan et lui vendent pour 500.000 dollars le livre qui, revendu à Harvard 10 millions de dollars deviendra la plus chère contrafacçon de l’histoire, authentifiée par le Pr Bredekamp et de nombreux laboratoires d’ »experts ». Malgré la présence quelques mois plus tôt d’un « jumeau » tout aussi faux chez Sotheby’s, bien vite escamoté. Les gens dupés ne reconnurent leur erreur qu’après les aveux de de Caro, emprisonné pour vol aggravé en Italie.

L’article de référence sortit dans le New Yorker.

IMG_9611

Le programme des Conférences Léopold Delisle

Les conférences Léopold Delisle offrent à un public de curieux et d’amateurs éclairés des synthèses inédites, érudites et à jour sur le thème du livre et des manuscrits. Le cycle des conférences Léopold Delisle est organisé par la Bibliothèque nationale de France avec le soutien de monsieur Henri Schiller, collectionneur et mécène.

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

29.11.2014 Concours de nuages, les résultats et les photographies en compétition

Le résultat du concours a été proclamé en musique samedi à 19.30. Il a été décidé de désigner deux gagnants ex-aequo, ou plutôt deux gagnantes :

Capture d’écran 2014-11-29 à 12.53.45

Proposée par Malika Sqalli

Capture d’écran 2014-11-29 à 12.10.07

Proposée par Stéphanie Solinas

Ces deux photographies vont donc être éditées.

Capture d’écran 2014-11-30 à 14.15.28

Voici les 55 photographies reçues avant le 28.11.2014 à 23.59 :

 

Capture d’écran 2014-11-29 à 13.00.30

Capture d’écran 2014-11-29 à 13.00.23

Capture d’écran 2014-11-29 à 13.00.17

Lire la suite

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

29.11.2014 Samedi 29 novembre à 17 heures : Bal des Nuages

Bal des nuages

Venez fêter avec nous à Montreuil la cloture du mois de la photographie et la remise du premier prix du Grand Concours de nuages.

Le concours est ouvert à tous. Les propositions sont reçues par mail à studios@robespierre.fr jusqu’au vendredi 28 novembre 2014 à 23 heures 59, méridien de Montreuil, l’horodateur du serveur faisant foi.

Vous êtes conviés au Bal des nuages à l’heure du goûter, à un bal costumé en robes ou en kimonos couleurs de nuages, samedi 29 novembre à 17 h dans la cour du 71 rue Robespierre, flonflons et musique de circonstance.

À 18h, remise solennelle du prix de la plus belle photographie de nuages, prix doté d’un budget de mille euros pour en réaliser des tirages sur papier ou sur verre.

Et la solution du jeu parcours proposant de localiser les lieux de prises de vues des trente tirages de l’exposition Cartographie des Nuages.

  nuages invitation

« Lentement dans le soir, le train s’en va Sur le quai son mouchoir s’enfuit deja Dans le glace comme un songe Le mur gris de sa maison Sous le jour qui s’allonge S’estompe a l’horizon Un nuage s’étire sur son toit bleu, En passant il semble dire un triste adieu Et tout ce que j’aimais, lorsque le train vire Dans un flot de fumee s’efface a jamais… »

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Mois de la photographie. Exposition Cloud Atlas – Cartographie des Nuages

Les plus riches cités, les plus grands paysages,
Jamais ne contenaient l’attrait mystérieux
De ceux que le hasard fait avec les nuages.

(Charles Baudelaire, “Le Voyage”)

Capture d’écran 2014-11-08 à 12.42.21

La Galerie Robespierre propose pour le mois de la photo 2014 un hommage à Andy et Lana Wachowski, et à Tom Tykwer les scénaristes du film Cloud Atlas (cartographie des Nuages) sous la forme d’une exposition de photographies anciennes et modernes de nuages, réalisées par des auteurs parfois célèbres, le plus souvent anonymes, non identifiés ou amateurs.

Toutes ces photographies de nuages sont titrées et présentées en rapport avec un événement célèbre qui se déroulait à ce moment là sur le sol terrestre, ou encore avec une scène du scénario ou du tournage du film, San Francisco, Honolulu, Londres, Séoul, Glasgow, Majorque, Postdam. Il y a des photographies de la plupart des époques et de tous les continents, y compris des nuages arctiques et antarctiques et des poussières d’étoiles.

L’exposition est aussi un jeu, un parcours et une enquête : trouver dans quels pays ont été réalisées 30 de ces photographies de nuages. N’oubliez pas de remplir le formulaire.

Voici un rappel visuel des 30 « nuages » à cartographier :

Avec les solutions :

P1260851

n°1 : Sierra Macarena, Colombie  (coordonnées 11.9. Photographie Martin Fierro)

P1260852

n°2 Alpes Suisses (coord. 05.6, photographe non identifié)

Lire la suite

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

22.11.2014 Bunk-Art is opened in Tirana

Capture d’écran 2014-12-06 à 17.36.07

TIRANA, Nov 22 (ATA) – By Gjergji Mima/ –

« Prime Minister Edi Rama compared the new museum Bunk’Art, opened on Saturday in the venues of anti-nuclear bunker of the dictatorial regime, with the Check Point Charlie museum in Berlin, where, according to Rama, the two worlds, the west and east, separated once.

“I found it difficult to describe the extraordinary sensation that I felt when I entered this underground palace, where the communist regime intended to survive any nuclear attack,” said Rama.

“When we visited Berlin long time ago, we had the possibility to visit the famous museum, a common building located at the place that once divided West and East Berlin, few meters away from the wall that kept the two worlds divided during the Cold War, and that kept isolated, beyond the horizon of freedom, half of the world. A common building that is visited by millions of people each year,” said Rama, while adding that “today it is hard to explain this with words to the new generations.”

“Here there are high school students that have not lived that time, and it is not easy to explain them how could Albania be a third world isolated from the two other worlds, which fought in a imaginary way with the American imperialism and Soviet social-imperialism,”, said Rama.

Speaking about the history, the Premier said that it is high time to tell the history, not to rewrite it, but says all its parts.

“Today we are witness that we have opened the door to a treasure of our collective memory,” said Rama, while that this treasure can unveil hundreds of thousands of pieces of a large mosaic, events, characters and contradicts.

He also said that such places should be shown to the public as there is no reason to hide the past.

“We are here to open a new phase of relationship with the past, not to rewrite history, but to not hide it,” said Rama »   Albania Telegraphic Agency

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

18.11.2014 Exposition de la MEP : Toute photographie fait énigme. Michel Frizot redéfinit les concepts et le vocabulaire

Exposition à la MEP, organisée et conçue par Michel Frizot et Cédric de Végy, accompagnée d’un important ouvrage théorique : « Toute photographie fait énigme ».

Capture d’écran 2014-11-18 à 21.33.53

« La photographie résiste à l’énoncé.

La légende la plus profitable et la plus pertinente pour une photographie se limite à indiquer un lieu, une date, des circonstances, des protagonistes, un contexte : termes qui suffisent à la caractériser pleinement en tant que « photographie » mais ne concordent pas avec les interrogations qu’elle suscite.

La photographie n’émarge a aucun code qui permettrait de la décrypter, elle ne se raconte pas : elle se montre et se regarde ».

Capture d’écran 2014-11-18 à 21.33.44

« Où s’invite la suprématie du regard : des l’origine de la photographie la saisie du regard adressé directement à l’objectif par le sujet photographié est devenue un enjeu émotionnel signe le plus prégnant de la performance Photographique et motivation de la plupart des clichés d’amateurs entre autre »

Capture d’écran 2014-11-18 à 21.33.31

« Les images les plus captivantes sont celles qui collectent les regards pour adresser des signaux sensibles aux regardeurs futurs. »

Capture d’écran 2014-11-18 à 21.34.01
« Le regardeur est avant tout happé pas le détail, par le foisonnement de signes infimes, par le trop-plein de données, par cette précision surabondante qu’il n’aurait pu, en direct, prendre en compte. »

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

15.11.2014 Jusqu’au 1er décembre : Tokyo la nuit, photographies de Katsuhito Nakazato

P1260417

 

P1260432

Dans le cadre du mois photographique de Novembre 2014, avec la présence bienveillante de son excellence l’ambassadeur d’Albanie Dritan Tola, la galerie éphémère Rhincéros & Cie a inauguré le samedi 15 novembre à 15h15 au 156 boulevard Haussmann, une exposition de 37 photographies de

Katsuhito Nakazato

P1260503

« It was the half 1980′s that I had begun to take night views for the first time. When I got lost in the reclaimed lan along the Tokyo Bay and looked up the night sky while being rapped by the reeds in the wilderness, I felt something like Tokyo and Japan were disappearing from myself.

Lire la suite

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

13.11.2014 Exposition Modern Times au Rijksmuseum, une bonne raison d’aller à Amsterdam

UNE EXPOSITION A NE PAS MANQUER (jusqu’au 10 janvier)

Extrait de l’élogieux compte-rendu du Figaro :

Tous les ans, depuis dix ans, les deux conservateurs en charge de la photographie au Rijksmuseum d’Amsterdam viennent à Paris pour Paris Photo. Photographie, vous avez dit photographie au royaume de Rubens,Rembrandt et Vermeer? Oui, photographie au même titre que la peinture. Le musée national néerlandais a décidé de s’ouvrir à cet art du multiple et d’inaugurer l’aile Philips, tout juste rénovée, par la première exposition de sa collection, Modern Times. Soit 400 des 20.000 œuvres acquises depuis qu’en 1994 le musée des maîtres anciens a décidé d’aborder le XXe siècle.

Le résultat est stupéfiant, des nus dessinés sur photogrammes de Floris Neusüss (1937) au superbe travail sur le Surinam de Viviane Sassen, artiste très remarquée à la Biennale de Venise 2013. «La qualité, seulement la qualité», telle est la devise de Hans Rooseboom, l’un des deux émissaires des Pays-Bas au Grand Palais. Sérieux et pragmatiques, ces deux érudits ont au préalable étudié de près le programme du Mois de la photo, les catalogues des expositions et des ventes aux enchères, soupesé les trouvailles des galeries et des marchands privés (à leur panthéon, Serge Plantureux et Howard Greenberg).

Réalistes, ils savent «qu’il n’est plus possible, plus financièrement abordable, de s’offrir les clichés les plus connus des plus grands noms». Ils ont donc mis à profit leur savoir et leur recul pour choisir légèrement à côté de la loi commune, privilégiant le regard du photographe, connu ou anonyme, ne gardant qu’une règle absolue, le vintage (tirage d’époque)…

Article complet sur le site du Figaro

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

11.11.2014 Le charme discret de la finance, un vernissage circonspect, un buffet parcimonieux

Cartons_invitation_rhinoceros_avarice_11novembre

Nous avons l’honneur de vous inviter au double vernissage du mardi 11 novembre à 18.00.

Le charme discret de la finance, ou une rigoureuse présentation de rares photographies anciennes contrôlées sous la double invocation de Mercure et Luca Pacioli.

Point de fuite, quatre artistes qui s’interroge sur le temps.

Le buffet est fourni par le traiteur Mohamed Bin Abdul Aziz, Old Souq Waqif, PO Box 540, Doha.

IMG_9094

 

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

11.11.2014 Point de fuite en ligne de mire, quatre artistes contemporains pour le sixième vernissage des galeries éphémères

Pour le sixième mois de leur courte existence au 156 boulevard Haussmann, du 11 novembre au 05 décembre 2014, les galeries éphémères Rhinocéros  & Cie exposent quatre artistes : Jennifer Douzenel, Vincent Dulom, Lyes Hammadouche et Ianis Lallemand.

Capture d’écran 2014-11-09 à 17.56.03

Point de fuite sera l’occasion de révéler un horizon commun ; une pensée du temps, de la durée qui interroge la lenteur. Jennifer Douzenel installe un temps figuré en réalisant sans artifice des vidéos en plans fixes. Les couleurs mouvantes des peintures de Vincent Dulom font ressentir leurs propres disparitions. Ses constructions filaires poursuivent cet effacement.
Les œuvres de Lyes Hammadouche questionnent notre perception entre temps ressenti et temps mesuré. Ianis Lallemand identifie des gestes d’interruption comme autant de moments d’origine pour faire naître des formes.

Capture d’écran 2014-11-09 à 17.56.12

L’exposition montre ces œuvres récentes sur une règle du jeu inhabituelle. Car elle les fait cohabiter avec des photographies anciennes exposées dans la galerie de droite.

les galeries éphémères Rhincéros & Cie sont heureuses de vous convier mardi 11 novembre à 18h00 au vernissage de l’exposition, buffet qatari.

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

15.11.2014 Amitié révélée, roman-photo et rencontre avec des Albanais

Dans le cadre du mois photographique de Novembre 2014, avec la présence bienveillante de son excellence l’ambassadeur d’Albanie Dritan Tola, la galerie éphémère Rhinocéros & Cie  est heureuse d’accueillir Le samedi 15 novembre à 15h15 au 156 boulevard Haussmann, les photographes Katsuhito Nakazato qui présentera quatre de ses ouvrages et

Anouck Durand pour une présentation de son album albanais AMITIÉ ÉTERNELLE :

Capture d’écran 2014-11-09 à 16.45.13

 

Un photo-roman composé d’archives inédites, qui se lit comme une bande dessinée.

Anouck Durand évoque l’amitié entre la Chine et l’Albanie communiste des années 1970 associant archives de photographies d’époque, coupures de presse, affiches de propagande, extraits de discours politique, correspondance, et une belle histoire d’amitié.

Capture d’écran 2014-11-09 à 16.41.45

C’est en menant des recherches depuis 2008 sur la production photographique de l’Albanie communiste qu’Anouck Durand et l’anthropologue Gilles de Rapper ont entendu parler d’une histoire bien réelle d’amitié entre deux hommes pendant la seconde guerre mondiale qui devient le centre de l’album.

Capture d’écran 2014-11-09 à 16.41.52

 

Vous êtes cordialement invités à venir rencontrer les artistes autour d’un buffet japonais

le samedi 15 de 15h15 à 18h15 au 156 Bd Haussmann

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

5.11.2014 La nuit du cinq novembre 1605 (V comme Vendetta)

Remember, remember, the fifth of November,
Gunpowder Treason and Plot,
I see no reason why the gunpowder treason
should ever be forgot.

Guy Fawkes, Guy Fawkes,’twas his intent
To blow up the King and the Parliament.
Three score barrels of powder below,
Poor old England to overthrow:
By God’s providence he was catch’d
With a dark lantern and burning match.
Holloa boys, holloa boys, make the bells ring.
Holloa boys, holloa boys, God save the King!
Hip hip hoorah!

A penny loaf to feed the Pope.
A farthing o’ cheese to choke him.
A pint of beer to rinse it down.
A faggot of sticks to burn him.
Burn him in a tub of tar.
Burn him like a blazing star.
Burn his body from his head to feet

Souvenez-vous, souvenez-vous du cinq novembre,
Poudre à canon, trahison et conspiration
Je ne vois aucune raison pour que la trahison des poudres
Soit jamais oubliée

Guy Fawkes, Guy Fawkes, avait l’intention
De faire sauter le Roi et le Parlement.
Soixante barils de poudre dessous
Pour renverser la bonne vieille Angleterre.
La Providence divine a voulu qu’il ait été attrapé
Avec une lanterne sourde et une allumette enflammée.
Holà garçons, holà garçons, sonnez les cloches.
Holà garçons, holà garçons, Dieu sauve le Roi !
Hip hip hip hourra!

Un sou de pain pour nourrir le pape.
Une obole de fromage pour l’étouffer.
Une pinte de bière pour le tremper.
Un fagot de brindilles pour le brûler.
Brûlez-le dans un bain de goudron.
Brûlez-le comme une étoile embrasée.
Brûlez-le de la tête aux pieds

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

15.10.2014 Exposition aux Invalides : Vu du Front, représenter la Grande Guerre

Sous ce titre modeste, les commissaires de l’exposition ont rassemblé, surtout dans la seconde partie de l’exposition des œuvres susceptibles d’évoquer la naissance de l’Art moderne, mises en contexte de manière subtile. Un modèle d’exposition.

Ne pas manquer le périscope de tranchée ni les lettres de fraternisation.

Invalides12

Invalides09

 

Invalides11
Lire la suite

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

14.10.2014 Mario Giacomelli, prophète en son pays

03.8 MGiacomelli - 08

« È stato il fotografo dei “pretini” e dei gabbiani, ma non solo Lo interessava la perdita, la vita dal basso: la campagna invasa dai trattori, le case crollate dei contadini, i vecchi negli ospizi senza più denti in bocca. Dieci anni fa se ne andava, e ora la sua Senigallia lo ricorda con una mostra, “Piccoli inediti”. Sono alcuni versi e i primi clic trovati dal figlio Simone nella soffitta di casa. Non scarti: “Papà non pubblicava quello che amava”

On connaît de Mario Giacomelli les images des séminaristes ou encore celles des mouettes. Mais bien plus il s’intéressait à ce que l’on était en train de perdre ; la campagne envahie de machines, les maisons en ruines des paysans pauvres, les vieux dans les maisons de retraites, les sans-dents.

Pour les dix ans de sa disparition la ville de Senigallia avait organisé une exposition d’essais photographiques inédits avec dix poèmes et dix des premiers travaux retrouvés par son fils Simone: « Ce ne sont pas des épreuves refusées, la vérité est que mon père ne montrait pas et ne publiait pas ce qui lui tenait le plus à cœur ». Aujourd’hui la galerie Rhincéros va en exposer une trentaine.

Lire la suite

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

14.10.2014 L’infinito de Leopardi, un poème en prélude à l’exposition : Mario Giacomelli prophète en son pays.

En cliquant sur l’image ou le poème vous entendrez la voix de Vittorio Gassmann le réciter :

Mario Giacomelli couv

« Sempre caro mi fu quest’ermo colle,
e questa siepe, che da tanta parte
dell’ultimo orizzonte il guardo esclude.
Ma sedendo e mirando, interminati
spazi di là da quella, e sovrumani
silenzi, e profondissima quiete

io nel pensier mi fingo, ove per poco
il cor non si spaura. E come il vento
odo stormir tra queste piante, io quello
infinito silenzio a questa voce
vo comparando: e mi sovvien l’eterno,
e le morte stagioni, e la presente
e viva, e il suon di lei. Così tra questa
immensità s’annega il pensier mio:
e il naufragar m’è dolce in questo mare. »

[Toujours elle me fut chère cette colline solitaire
et cette haie qui dérobe au regard
tant de pans de l'extrême horizon.
Mais demeurant assis et contemplant,
au-delà d'elle, dans ma pensée j'invente
des espaces illimités, des silences surhumains
et une quiétude profonde ; où peu s'en faut
que le cœur ne s'épouvante.
Et comme j'entends le vent
bruire dans ces feuillages, je vais comparant
ce silence infini à cette voix :
en moi reviennent l'éternel,
et les saisons mortes et la présente
qui vit, et sa sonorité. Ainsi,
dans cette immensité, se noie ma pensée :
et le naufrage m'est doux dans cette mer.]

Giacomo Leopardi, l’infinito, 1819

Lire la suite

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

05.10.2014 Boston, USA, « Hacking Arts » : Participation au Hackaton 2014 du M.I.T.

HackMIT is MIT’s premier hackathon. On October 4-5, over 1,000 students will converge at MIT to create, innovate, and build software and hardware projects over a 24-hour period. Our focus on cutting-edge technologies—including Bitcoin, emerging hardware interfaces, and new software languages—makes HackMIT truly unique.

Capture d’écran 2014-10-06 à 08.43.08

Un hackathon est un événement où des développeurs et des artistes se réunissent pour faire de la programmation collaborative et du bricolage frénétique, sur un ou plusieurs jours. Le terme est constitué de hack, (hackers au sens noble) et de marathon. Le prestigieux Massachusetts Institute of Technology organise son second hackaton.

C’est à l’origine un rassemblement d’étudiants organisés par équipe autour de porteurs de projet avec l’objectif de produire un prototype d’application en quelques heures. Sous forme de concours chronométré, l’équipe gagnante est généralement désignée par un jury à l’issue du temps imparti. La référence au Marathon se justifie par le travail sans interruption des équipes pendant deux jours.

Ianis lallemand et Lyes Hammadouche participent pour la première fois. Il y a plus de 1.000 étudiants à concourir en un temps limité :

Les résultats sont parvenus, Ianis lallemand et Lyes Hammadouche ont gagné le premier prix, le Overall Hackmit Arts (1.000 US $) avec leur sujet improvisé : « Tomorrow is Another Day For Art » :

« — On a vraiment improvisé et on a eu l’impression que la plupart des américains avaient préparé leur improvisation pendant un an. Ils ont senti que l’on improvisait vraiment et cela en a enervé quelques-uns. Surtout que c’était le jour où la presse britannique titrait : LA FRANCE EST FINIE. »

Ils viennent de réaliser une vidéo sur cette compétition, leur succès et ce ses hypothétiques conséquences :

Capture d’écran 2014-11-12 à 08.12.26

Lire la suite

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS